[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAdministrationSite du Monde libertaire

éditorial du n° 1669

Le jeudi 19 avril 2012.

Élections. Foire d’empoigne en Franchouillie. Traitement politico-médiatique condescendant réservé par la chiennerie de garde aux candidats « mineurs ». Poutou, dépeint en bouffon, inexpérimenté parce que jeune, incrédible parce que prolo. Traitement obscène, xénophobe, jeuniste et sexiste pour Eva joly, ses lunettes, ses cicatrices, son accent étranger et guttural, son double ridicule de vieille et de femme, de vieille femme…

En cette époque de matraquages idéologiques et de titatas éhontés, la palme de la tartufferie revient sans doute au battage hypocrite réservé au film Les Intouchables. La bouche en cœur, le cœur sur la main et la main sur le portefeuille, les médias saluent avec un enthousiasme unanime et pesant cette belle histoire de réconciliation des générations, des origines diverses, des riches, des pauvres, de la carpe et du lapin. Las, dans la vraie vie, il n’est question que de slogans racistes, de lois scélérates, d’appel à la dénonciation de l’étranger, de l’émigré, du musulman, du terroriste… de l’autre.

Une bonne partie des programmes, y compris du président sortant, recourent à une analyse simpliste : tous nos malheurs sont dus à la crise. Le capitalisme, ses profits bancaires et financiers, sa mise à mort du Code du travail, du service public, ses délocalisations, n’y sont pas mis en cause. Par contre, à les en croire, les pauvres, et parmi eux surtout ces tricheurs d’émigrés noirauds ou basanés, « d’apparence musulmane », en portent une importante part de responsabilité, eux qui ruinent la nation à coup d’assistanat et de fausses déclarations.

Les candidats aux dents longues de la démocratie représentative pratiquent un dangereux grand écart : tout en feignant d’applaudir à l’angélisme bisounours et politiquement correct des Intouchables, ils soufflent, avec des accents dignes de Gobineau et de Vichy, la haine, le communautarisme et – laïcité nouvelle oblige – la guerre des religions. Que les voteurs (de troubles) s’étripent donc, il y aura bien un dieu bidon qui reconnaîtra les siens, avant de leur balancer le plafond de leur chapelle pour rire sur la tronche.


2002-2017 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco : 100 ans de presse anarchiste | Cgécaf | Cartoliste | Placard