[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAdministrationSite du Monde libertaire

éditorial du n° 1758

Le jeudi 11 décembre 2014.

Il y a quelques années, l’écrivain galicien Manuel Rivas écrivait : « Aujourd’hui, ils ont tous une Internationale, sauf les travailleurs. » La Première Internationale fut fondée, il y a 150 ans, le 28 septembre 1864, à Londres. Elle était composée d’organisations et d’individus représentatifs d’un large éventail de philosophies. Les anarchistes, en particulier les mutualistes, s’opposaient aux communistes et à l’étatisme. Après l’entrée des anarchistes collectivistes, l’Internationale se divisa de façon permanente en deux camps distincts : celui de ceux qui soutenaient l’État et ceux qui s’y opposaient. En 1872, les marxistes expulsèrent les anarchistes de l’AIT. L’Internationale ne survécut pas à ses divisions, mais les anarchistes essayèrent de la ressusciter. À la fin de 1922, l’AIT fut relancée et fit, dès sa création, une déclaration claire contre les avant-gardes politiques. Rejetant ainsi le rôle du parti dans la libération de la classe ouvrière, elle refusa les idées du PC, qui cherchait à unir toutes les organisations des travailleurs révolutionnaires sous son aile, dans la poursuite de ses objectifs. Le premier principe du syndicalisme révolutionnaire qui apparaît dans les statuts de l’AIT est : « Le syndicalisme révolutionnaire, basé sur la lutte des classes, vise à unir tous les travailleurs dans les organisations économiques combatives, qui luttent pour se libérer du double joug du capital et l’État. » Les objectifs de ceux qui voulaient réaliser un changement social à travers l’État ou le parti révolutionnaire n’étaient pas les objectifs des anarchistes qui entrèrent dans l’Internationale, ces derniers réalisèrent finalement le fossé infranchissable entre les deux idées. Les travailleurs ont à réinventer aujourd’hui l’Internationale, une arme absolue contre la domination capitaliste qui permet d’élargir nos horizons et de retrouver le sens des possibles.


2002-2017 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco : 100 ans de presse anarchiste | Cgécaf | Cartoliste | Placard