[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 2003 (n° 1301 à 1341) > 1308 (20-26 févr. 2003) > [L’Usine d’Ozarow est évacuée, le combat continue !]

Pologne

L’Usine d’Ozarow est évacuée, le combat continue !

Le jeudi 20 février 2003.

Depuis des mois, les ouvriers de l’usine de câbles d’Ozarow (dans les environs de Varsovie) sont en lutte après l’annonce de la direction qui cherche à liquider les ateliers pour transférer la production à Oswieczim (village de Pologne plus connu sous son nom allemand : Auschwitz) où le patron pense trouver une force de travail moins chère. Le 16 novembre, une dizaine de membres de la Fédération anarchiste et de l’Initiative ouvrière de Poznan et de Varsovie sont venus passer la nuit dans l’usine afin d’aider les travailleurs à l’occuper.

Les syndicats officiels des usines de Szczecin et de Bydgoszcz, appartenant au même groupe, non seulement ont refusé de soutenir la lutte à Ozarow, mais sont allés jusqu’à écrire au gouvernement pour demander que les grévistes soient expulsés ! La logique de ces syndicats est que si l’usine d’Ozarow ferme, les emplois seront conservés dans les autres sites. Ironie du sort, il est aujourd’hui question d’un plan de licenciements à l’usine de Szczecin. Les ouvrières refusent de croire que la base des syndicats de Szczecin et de Bydgoszcz ont approuvé le contenu de ces pétitions. Il a donc été décidé d’appeler à des piquets de solidarité à Szczecin afin de permettre une jonction des deux usines dans leur lutte contre les licenciements.

La police a tenté d’intimider les grévistes en organisant un entraînement antiterroriste dans le jardin d’enfants jouxtant l’usine. Des types masqués et armés de fusils couraient dans la cour, au nom d’un prétendu « test » en cas de menace d’incendie. Ce fut une pression exercée à l’encontre des travailleurs en grève. Mais, malgré les efforts des autorités et de la police privée, les grévistes ont de nombreux soutiens dans le voisinage et, à chaque fois que celle-ci a tenté de pénétrer dans l’usine, les grévistes ont réussi à mobiliser des centaines de personnes en quelques minutes.

Le 26 novembre 2002, à 3 h 30 du matin, les flics privés essayent une nouvelle fois de chasser les ouvriers qui passent la nuit dans l’usine. Un ouvrier, blessé, doit être transféré à l’hôpital. Les pompiers volontaires de la ville interviennent et chassent à coups de lance à incendie les miliciens du patronat. Mais, à 4 heures du matin, ce sont les flics d’État qui interviennent et lèvent les barrages (le but principal de l’occupation était d’empêcher le patron de transférer les machines et les stocks de l’usine vers les deux autres sites du groupe). Au même moment, des ouvriers bloquent la route Poznan-Varsovie qui passe non loin de l’usine ; les camions qui viennent pour prendre le matériel sont accueillis par des pierres. De nombreux routiers refusent de travailler dans ces conditions ; dix grévistes sont arrêtés. Mais, en fin d’après-midi, une partie des machines et des stocks est transférée vers les autres usines du groupe. Les ouvriers d’Ozarow en étaient à leur 210e jour de lutte.

Mais la lutte n’est pas finie pour autant. Le 28 novembre, les anciens ouvriers de l’usine, aidés par des habitants du quartier, des jeunes et des vieux, des femmes et leurs enfants, les supporters de l’équipe de foot, des syndicalistes et des anarchistes de toute la Pologne tentent de forcer les barrages de police afin de réoccuper l’usine. À ce jour, lors des affrontements entre flics et ouvriers, trois militants de la FA de Poznan ont été arrêtés. La lutte continue ! À suivre.

Article paru dans HOBOCTb n° 9
Sources : anarchistes polonais


Une camarade polonaise propose une campagne de fax pour protester contre la liquidation de l’usine d’Ozarow. Une filiale existe en France : Metallexfrance SA, 43-45, avenue de Clichy, 75017 Paris. Tél. : 01 45 22 27 81 ; fax : 01 43 87 23 81.

Les ouvriers d’Ozarow demandent aussi des négociations avec le gouvernement polonais, des courriers pourraient être envoyés à l’ambassade : Son Excellence M. Jan Tombinski, 1, rue de Talleyrand, 75343 Paris cedex 07. Tél. :01 43 17 34 00 ; fax : 01 43 17 35 07. info@ambassade.pologne.net





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones