[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire

Mut Vitz

un café rebelle et zapatiste
Le jeudi 26 février 2004.

Au Chiapas, la lutte s’organise aussi autour du café. Décidés à construire leur autonomie sans chercher à prendre le pouvoir et sur la base d’assemblées communautaires, les zapatistes s’organisent en municipalités autonomes pour rendre effectif le « tout pour tous, rien pour nous ». De nombreuses réalisations pour la mise en place d’une autonomie forte et solide voient dès lors le jour : écoles, cliniques, coopératives, transports, agriculture, artisanat.

Mut Vitz est un café rebelle « café du Chiapas cultivé de façon biologique et cueilli avec dignité ». Mut Vitz, la « montagne aux oiseaux » en langue tzotzil, est une coopérative zapatiste qui regroupe actuellement 561 cultivateurs de café, répartis dans 26 communautés de la région des Altos au Chiapas. C’est une « association de solidarité sociale » autogérée qui cultive le café selon des méthodes biologiques respectueuses de l’environnement. La coopérative produit aussi du miel et travaille conjointement avec une coopérative d’artisanat créée par les femmes de ces communautés.

Tous les membres de la coopérative appartiennent à des communautés zapatistes en résistance. Ils sont victimes d’agressions régulières de la part des paramilitaires et continuellement menacés par un gouvernement décidé à éradiquer toute forme de lutte et d’organisation alternative.

Depuis trente ans, le cours du café, deuxième produit d’exportation mondiale derrière le pétrole, n’a jamais été aussi bas. La mondialisation néolibérale, dont le but est d’augmenter les profits des entreprises, exploite le travail bon marché pour garantir des prix bas aux consommateurs, maintenant les producteurs de café dans un cycle de pauvreté et d’endettement. Le prix actuel n’assure même pas au producteur la couverture des frais de production.

L’année dernière, au Chiapas, les « coyotes » — les intermédiaires — ont payé 5 pesos le kilo (environ 0,50 euro), un prix très inférieur aux coûts moyens de production. L’achat de ce café par des groupes de solidarité en Europe et en Amérique du Nord permet à la coopérative Mut Vitz de payer à chacun de ses membres trois fois et demi le prix payé par les « coyotes » : 17 pesos le kilo de café. Cet écart de prix permettra à l’avenir de fortifier l’autonomie de ces communautés. Elles pourront notamment, grâce à cet argent supplémentaire, se permettre de cultiver de moins grandes surfaces de café pour les remplacer par des cultures de subsistance (haricot, maïs, banane). Elles seront ainsi moins dépendantes à la fois de la fluctuation des cours du café et du prix des matières de première nécessité.


Bon de souscription pour achats anticipés à renvoyer avant fin mars au CSPCL, 33, rue des Vignoles, 75020 Paris.
Paquets de 250 g de café, 3 euros l’unité.
Paiement par chèque bancaire à l’ordre de Échanges solidaires.
Courriel : cafesolidaire@club-internet.fr





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones