[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·e·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 1997 (n° 1065 à 1104) > 1083 (8-14 mai 1997) > [Manifestation contre l’intervention militaire en Albanie]

Italie

Manifestation contre l’intervention militaire en Albanie

Le jeudi 8 mai 1997.

Le 17 mai prochain se déroulera à Ancone, en Italie, une importante manifestation anarchiste contre la présence militaire italienne et européenne en Albanie. Nous avons interrogé Giordano, adhérent au groupe de la Fédération anarchiste italienne de Jesi (commune proche d’Ancone, dans les Marches), qui est l’un des promoteurs de cette initiative.



M.L. : Peux-tu nous présenter le groupe anarchiste de Jesi ?

Giordano : Le groupe Michel Bakounine est adhérent à la FAI depuis trois ans mais il existe en fait depuis plus de onze ans durant lesquels des compagnons du groupe, à l’intérieur du Centre d’études libertaires Luigi Fabbri, ont lutté de façon organisée sur la question territoriale, antimilitariste, syndicale, etc. Ils ont toujours cherché à travailler conjointement avec les compagnons des autres groupes anarchistes des Marches, ce qui a produit par exemple une belle manifestation pour l’anniversaire de la Semaine rouge d’Ancone, il y a trois ans, qui a été une manifestation antifasciste dirigée contre le gouvernement Berlusconi.

M.L. : Quels sont les motifs qui vous ont poussé à développer une action contre la présence italienne et européenne en Albanie ?

Giordano : L’intervention militaire en Albanie est le signe clair de la politique capitaliste néo-libérale du gouvernement de centre-gauche italien qui, avec l’Europe de Maastricht, considère tout l’Est de l’Europe comme son jardin privé. De plus l’Italie a toujours eu de forts intérêts en Albanie en ce qui concerne son territoire, ses ressources, le marché économique en développement que cela peut représenter…

On peut donner un exemple de cela : le projet de construction d’une autoroute Tirana-Istambul dont la seule utilité sera de développer la spéculation financière, le trafic commercial et militaire dans une zone stratégiquement importante, les Balkans.

L’Italie a essayé trois fois dans le passé de prendre possession de l’Albanie. En novembre 1914 (l’Italie n’était pas encore en guerre à ce moment là), des troupes furent envoyées en Albanie, débutant une invasion militaire en conjonction avec cinq autres pays. En 1919, il y avait encore 70 000 soldats italiens en Albanie pour y affermir le protectorat italien et annexer la ville de Vlora, une importante cité portuaire du sud du pays. Le 26 juin 1920, le 11e bataillon de Bersaglieri d’Ancone s’est mutiné contre l’envoi en Albanie de troupes voulu par le gouvernement libéral de l’époque. Pendant deux jours la cité a été en révolte, révolte qui a impliqué également les ouvriers anarchistes et socialistes. Dans le même temps, des événements similaires se déroulaient dans d’autres villes. Il y eu répression, mais en août le gouvernement décida de renoncer à la présence italienne en Albanie. L’Italie y retournera toutefois avec le fascisme, la première fois sous prétexte de soutien au président de droite Ahmed Zog, autoproclamé roi, une seconde fois le 7 avril 1939 en la supprimant et en la déclarant « Royaume italien d’Albanie ».

Aujourd’hui, vu la recrudescence du militarisme et du néo-colonialisme, il est important de se mobiliser, surtout en Italie qui après cinquante ans d’absence à l’étranger, avec la guerre du Golfe, avec la Bosnie, avec la Somalie, recommence à devenir une puissance impérialiste, et notamment sur les territoires de ses anciennes colonies. C’est pour cela que les compagnons anarchistes, dans la Coordination anarchiste des Marches, ont organisé une manifestation antimilitariste à Ancone le 17 mai, ouverte à toutes les forces de la scène politique et aux syndicats de base. Cette initiative n’a pas seulement un caractère antimilitariste mais se positionne également contre la politique néo-colonialiste italienne. Car il ne faut pas oublier que dans cette affaire, l’Italie ne s’est pas contentée d’envahir militairement l’Albanie : ce sont aussi des sociétés pyramidales italiennes qui sont responsables de la crise politique et financière qui s’y déroule. Il y a environ 300 entreprises italiennes répertoriées en Albanie qui paient aux ouvriers de là-bas des salaires de 10 à 20 fois moins élevés que ceux des travailleurs italiens. Notre initiative se positionne également contre le racisme qui s’est manifesté avec le blocus naval et qui a eu comme conséquence la mort par noyade de plus de quatre-vingt personnes, surtout des femmes et des enfants.

Notre attente est qu’une dynamique comme celle qui s’était créée contre la guerre du Golfe il y a six ans puisse se développer dans le cas présent.

Il s’agit de donner un sens à un mouvement de protestation et de lutte qui provient de la base, mouvement qui peut être important, à cette occasion, pour le développement du syndicalisme de base, dans une perspective de développement des conquêtes sociales des exploités en Italie, en Albanie et dans le reste du monde.

Propos recueillis à Spezzano Albanese le 27 avril 1997 durant le 20e congrès de la FA italienne par Laurent et Philippe.


2002-2019 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco : 100 ans de presse anarchiste | Bettini: periodici anarchici | Cgécaf | Cartoliste | Placard