[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire

éditorial du n° 1384

Le jeudi 3 février 2005.

En cette période de commémoration de la Shoah, que peuvent ajouter les anarchistes ? Il est rude de répondre. Redire « plus jamais ça ! » ? Nous voudrions nous joindre à cette expression convenue, mais depuis 1945 l’horreur concentrationnaire, l’extermination génocidaire se sont répétés en de nombreux pays, même si elles n’ont pas atteint le niveau d’ignominies que représente la Solution finale mis en place par le régime nazi, c’est à dire l’industrialisation de la mise à mort des Juifs. L’Humanité s’est réveillé difficilement de ce cauchemar, et à juste titre : ce cauchemar étant devenu de facto une part de notre identité. Le nier, refuser le statut d’homme aux responsables et exécuteurs de la Shoah en les transformant en monstres permet de nous déresponsabiliser face à cette horreur, celles qui ont suivi et qui suivront.

L’indispensable travail de mémoire tant plébiscité ces jours-ci n’est pas
une tâche aussi simple que les médias le laissent penser. Pour exemple, la rance d’après-guerre n’a voulu voir qu’une facette bien réductrice de cette horreur. Les seuls récits accessibles étaient alors ceux des hommes de la Résistance. La France devait se reconstruire… Il a fallu attendre les années soixante-dix pour parler du génocide des Juifs et encore quelques années plus tard pour évoquer celui des homosexuels et des Tsiganes, pour reconnaître depuis peu l’implication de l’État français dans la Shoah.

La date du 27 janvier 1945, libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, où furent exterminés près d’un million de juifs, a été choisi pour commémorer la Shoah. L’État d’Israël n’a pas choisi paradoxalement cette date. Il lui a préféré une autre date en avril correspondant à l’insurrection du ghetto de Varsovie. Il préférait l’image de résistants juifs s’élévant contre la barbarie que celle d’un peuple humilié, gazé et brûlé dans les fours crématoires. La raison est légitime mais aussi instrumentalisée puisque, pendant les années cinquante, choix de cette date de commémoration, l’État d’Israël était en pleine construction dans une région hostile, l’image positive de combattants étant alors plus adéquate. Lire à ce sujet le livre d’Idith Zertal, intellectuelle israëlienne, La nation et la mort : la Shoah dans le discours et la politique d’Israël aux Editions La Découverte.

Si elle n’est pas laissée aux seuls historiens pour la construction d’un savoir désintéressé, la mémoire a ceci de complexe qu’elle devient alors la cible de multiples intrumentalisations du pouvoir en place. Les démocraties actuelles ne nous protègent en rien de cette instrumentalisation. Elles se sont montrées à de multiples reprises défaillantes ou complices des régimes autoritaires. Elles ont pu elles-mêmes revêtir le masque de l’horreur contre les peuples.





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones