[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·e·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 1998 (n° 1105 à 1145) > 1118 (9-15 avr. 1998) > [Les Socialistes sont-ils antifascistes ?]

Les Socialistes sont-ils antifascistes ?

Le jeudi 9 avril 1998.

Les manifestes et défilés antifascistes des socialistes sont-ils crédibles ? Assurément, nous n’en sommes plus aux années 20, lorsque les communistes les taxaient de social-traîtres, parce qu’ils avaient réprimé dans le sang les insurrections ouvrières de Berlin, de Bavière et quelques autres, dont on oubliera vraisemblablement de célébrer cette année le quatre-vingtième anniversaire. Depuis, les mouvements populaires contemporains ne cherchent plus à prendre eux-mêmes en main l’autogestion de l’économie, et les répressions policières ne font plus couler le sang.

Il convient cependant de se souvenir que le parti socialiste espagnol a soutenu tacitement la dictature de Primo de Rivera, le parti socialiste italien a cohabité avec Mussolini dans les premiers temps, la gauche allemande avait réuni plus de voix que le national-socialisme et n’empêcha pas Hitler de devenir chancelier, enfin que le Font populaire a refusé d’intervenir officiellement contre le fascisme en Espagne.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Les élections régionales ont démontré que les socialistes n’étaient pas prêts à se retirer au profit d’un front républicain et démocratique, qui aurait écarté la menace de l’appoint fasciste. En fait, ils auraient alors gardé en main les atouts qu’ils ont laissé prendre par le FN.

Il faut aussi rappeler que Jean-Pierre Chevènement, marchant sur les traces de son prédécesseur, M. Debré, a répondu qu’il n’était pas question d’interdire les milices fascistes.

Enfin, quand on constate l’absence de réponses aux arguments de l’extrême droite, alors qu’un ancien premier ministre socialiste avait eu la sottise de déclarer qu’elle pose les bonnes questions, quand on s’active à résoudre des problèmes de fond par une nouvelle combinaison électorale, quand on voit le FN poursuivre la tactique habituelle des « faisceaux », qui consiste à encadrer toutes les collectivités scolaires, culturelles, territoriales, professionnelles et militaires de la société, il est plus que temps de s’interroger sur les gesticulations frénétiques et impuissantes. En cherchant à noyer le poisson, le parti de M. Jospin serait-il en train de se noyer

Il y a quelques années, l’historien socialiste Jacques Droz avait émis un commentaire sévère au sujet de l’antifascisme de l’entre-deux guerres : « La réflexion antifasciste semble avoir été incapable de déterminer où s’arrêtait le fascisme et quelle était sa nature » [1]. Il faut souhaiter qu’il n’en sera pas de même aujourd’hui.

Ronald Creagh


[1Jacques Droz. Histoire de l’antifascisme en Europe 1923-1939. Éd. La Découverte.


2002-2019 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco : 100 ans de presse anarchiste | Bettini: periodici anarchici | Cgécaf | Cartoliste | Placard