[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 2019 (1802 à 1812) > 1802 (janvier 2019) > [Banquier, démissionne !]

Banquier, démissionne !

janvier 2019.

L’immunité du petit soldat anonyme aux ordres du libéralisme mondial est celle du petit fonctionnaire à la botte du génocidaire. Il arbore un col blanc comme le khmer rouge un blouson crème, le Hutu un béret vert, le Jeune-Turc un fez rouge… En face de lui, la masse des petits clients détenteurs de cartes de crédit sont aussi faibles et démunis que les Cambodgiens, les Tutsis, les Arméniens…

Cette masse, pieds et poings liés au consumérisme, c’est le peuple.

En lui réglant son compte, le conseiller de clientèle agit comme l’enfant soldat : par peur. Peur de passer de l’autre côté du bureau, de compter parmi les victimes du système pour lequel il agiote et auquel il sert de caution. La religion de ce système c’est l’argent, sa menace le découvert, son arme le frais bancaire. L’assassinat c’est le travail, le crime de masse la pauvreté. En prêchant le crédit à la consommation, l’emprunt immobilier, le placement boursier, en prescrivant le produit, le service, le contrat, le « conseiller » de clientèle ne préconise de solutions qu’à des problèmes qu’il pose lui-même. Ses clients ne sont pas des humains : ce sont des fichiers, des numéros, classés, hiérarchisés, passés de main en main, déplacés de service en service. Ils remplissent pour lui, un revolving sur la tempe, les objectifs chiffrés que lui fixent ses supérieurs. Car il n’est pas responsable. En appuyant sur le bouton il accorde un prêt sur trente ans, il vend au salarié le droit de se servir de son salaire, il lui rend une partie des frais que la machine lui a indument prélevés, mais ce n’est pas lui qui décide : il ne fait que suivre les ordres, il exécute. Si ce n’était lui, ce serait son frère ; il y aura toujours quelqu’un. L’un actionne la machine, l’autre l’alimente.

La demande de crédit, l’autorisation de découvert, le contrat d’assurance vie, sont aussi mortels que le gaz, au détail près qu’en rendant possible l’amas de biens matériels, en permettant à chacun de devenir le locataire de sa banque, ils donnent l’illusion de la vie. C’est ce qui fait que la destruction du peuple, perpétrée par l’employé de concert avec les patrons, n’est pas démontrable.

Stéphane Polsky-Hicheri
liaison William-Morris


https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=3875





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones