[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·e·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 1990 (n° 771 à 808) > .792 (été 1990) > [Le Nazisme, la « race » et la loi]

Point de vue

Le Nazisme, la « race » et la loi

réponse à Pascal Bruckner et à quelques autres
juillet 1990.

Bien plus que la résurgence de groupes politiques recourant au racisme et à l’antisémitisme pour séduire les électeurs, c’est la paralysie intellectuelle de leurs contempteurs démocrates ou antifascistes qui a de quoi inquiéter. Les belles consciences de droite comme de gauche y voient volontiers une faiblesse somme toute sympathique de la démocratie. Mais il serait naïf, nous dit-on, de maintenir (ou plus encore de restaurer) une absolue liberté d’expression alors qu’on se trouve incapable de répliquer à ceux qui l’emploient à mauvais escient. Au diable Saint-Just, brûler c’est bel et bien répondre !



A-t-on oublié le Mal ?

On voit où nous mènent les « siècles de culture, de conquêtes sociales et morales » dont Pascal Bruckner déplorait (Le Monde du 17 mai) qu’ils n’aient pas éradiqué le Mal du cœur de l’homme. Dressant sobrement le constat de cet échec, Bruckner propose tout simplement que l’on interdise le Front national « comme on sut autrefois interdire les ligues factieuses, les groupuscules gauchistes et les cellules terroristes ».

Le rapprochement des deux premiers exemples est d’une pertinence toute involontaire puisque les organisations gauchistes dissoutes dans les années 70 le furent précisément à l’aide de textes fabriqués sur mesure en 1936 contre les ligues d’extrême droite. On a pu mesurer l’efficacité de la méthode !

Les sociétés démocratiques occidentales n’ont nullement « oublié le Mal », elles en ont au contraire fixé l’origine historique et l’étalon de mesure : le nazisme. Une telle supercherie, révisionniste s’il en fut, interdit aux démocrates de plaider aujourd’hui la naïveté, pour mieux justifier de nouvelles lois répressives.

Il se trouve que l’eugénisme raciste pratiqué par les nazis s’est d’abord constitué et répandu durant les trois premières décennies du siècle dans les sociétés démocratiques. Francis Galton, fondateur de l’eugénisme moderne, obtint en 1904 une chaire d’eugénique à Londres. Il regrettait « les réticences sentimentales en grande partie tout à fait déraisonnables à l’extinction progressive des races inférieures ». En France, Charles Richet, prix Nobel de médecine 1913 qui a sa rue dans le 13e arrondissement de Paris, avouait dans La Sélection humaine ne pas comprendre « par quelle aberration on peut assimiler un Nègre à un Blanc ». Alexis Carrel, autre prix Nobel, rédigea un hymne aux « grandes races blanches » intitulé L’Homme, cet inconnu. L’édition de 1939 comportait logiquement un hommage à la jeunesse d’Allemagne et d’Italie et à l’idéal qui l’animait. Cet ouvrage reste un best-seller, présent en édition de poche dans tous les kiosques de gare. On voit qu’il est inutile de chercher les théoriciens racistes au-delà du Rhin ou dans quelque obscure arrière-boutique parisienne. À dire vrai, c’est à l’ombre douillette du tabou édicté à Nuremberg que l’antisémitisme et les théories nazies se sont insensiblement propagés via la socio-biologie, elle-même relayée par la Nouvelle Droite. « On croyait ne jamais plus voir cela », entend-on. Et pourquoi donc, quand on ne s’est jamais soucié de savoir ce qu’était « cela » ?

Il n’est que de voir l’embarras des commentateurs face à Le Pen (ne parlons pas des journalistes mis en sa présence : ils sont tétanisés). C’est qu’il faudrait, là encore, savoir de quoi on parle. Or, les textes dits « antiracistes » entérinent tout bonnement la notion de « race », dépourvue — il faut encore le rappeler — de fondement scientifique. Ainsi, le texte récemment proposé par le Parti communiste pour aggraver les dispositions de la loi de 1972 prévoit que pourra se porter civile une association assistant les victimes « de discrimination fondée sur leur origine nationale, ethnique, raciale ou religieuse ». Force est de constater que nous sommes plus près d’Alexis Carrel que d’Albert Jacquard et que la loi, par ailleurs impuissante à combattre le racisme, commence par donner quitus idéologique aux racistes !

Je retiendrai ici — pour sa simplicité — la définition du racisme proposée par Guy Sitbon dans un entretien à bâtons rompus avec… Jean-Marie Le Pen : « Le racisme, c’est de croire que les hommes sont divisés en groupes biologiques… — « Personne ne peut le contester », répondait Le Pen — … et qu’il y a une hiérarchie parmi des communautés. Que certains sont plus intelligents que d’autres. » — « Tout le monde, affirmait Le Pen, sait que c’est vrai, que les Occidentaux depuis deux mille cinq cents ans sont à la tête de la civilisation et c’est pas par hasard. » (Le Nouvel Observateur, 4 janvier 1985). Ne chicanons pas le journaliste sur le détail de ses formules, elles sont suffisamment claires et les réponses de son interlocuteur également.

Le Pen antisémite !

Quant à l’antisémitisme du personnage, il ne date pas d’hier. En 1978, rendant hommage dans Le National au dirigeant d’extrême droite François Duprat, Le Pen dénonce le « plan de génocide » ourdi contre les Français, dont les moyens sont « l’ouverture des vannes de l’immigration et la propagande avorteuse. […] Étudiant les noms de ses promoteurs (allusion transparente à Mme Veil), nous retrouvons les mêmes incrustés dans les médias, dans les groupes gauchistes et à la tête de certain lobby bien précis […]. Ceux-là même s’étaient mis par avance à l’abri de toute critique et de toute réaction populaire en imposant au Parlement le vote de la loi Pleven qui a créé en France une catégorie de résidents privilégiés [sic] ». Si le mot « Juif » n’apparaît pas, il est clair que c’est bien là l’« ennemi » dont il est dit, dans le même article, qu’ « il a réussi depuis plus de trente ans (c’est-à-dire en 1978 : depuis la Libération) à imposer son exécrable domination ».

Raciste donc, et plus particulièrement antisémite, Jean-Marie Le Pen l’est sans conteste, mais cela ne suffirait pas à justifier les accusations de néo-nazisme que d’aucuns avancent, d’ailleurs timidement.

À un journaliste qui le qualifiait de nazi lors d’une récente conférence de presse, Le Pen répondait : « Je ne suis pas plus nazi que vous n’êtes homosexuel, du moins je l’espère pour vous. » Pour incongru qu’il paraisse, ce rapprochement n’est pas fortuit dans la bouche du président du Front national. Il est le seul politicien français à user systématiquement de plaisanteries obscènes dans ses réunions publiques et l’on a tort d’y voir un simple artifice démagogique. En fait, si l’on étudie l’articulation entre les thèmes de la morale lepéniste et ses obscénités on est frappé de la similitude avec les ressorts émotionnels de la propagande nazie. Hitler dénonçait dans Mein Kampf : « l’empoisonnement effroyable du corps du peuple allemand par la syphilis », cet empoisonnement vénérien allant de pair avec une « contamination politique et morale ». Pareillement, Le Pen parle du socialisme comme d’un « SIDA politique » et déclare à propos de son modèle biologique : « On est obligé de constater que c’est un méfait de l’immigration […]  ; la rentrée en force de la syphilis, son déploiement est incontestablement d’origine étrangère [1]. ». Ainsi c’est l’étranger, « ces femmes maghrébines en rut, enfin en action, c’est la même chose », qui amène via les maladies vénériennes et le SIDA un pourrissement du sang français, de la « race française ». L’étranger est hypersexué, d’ailleurs « la sexualité retardée [sic] explique le développement intellectuel de nos civilisations ». Malheureusement, l’abaissement de l’âge des premiers rapports amoureux vient compromettre cette suprématie durement acquise et les jeunes Français gaspillent avec leur semence la belle intelligence « française ». On peut en rire, mais vite. Semblables délires ont guidé la pédagogie de générations entières de fabricants d’angoisse (qu’on se convienne du Dr Tissot) et armé le bras d’exciseurs bien de chez nous.

On n’a pas pris suffisamment garde à la concomitance des résurgences de discours antisexuels d’une part (l’Église en est le haut-parleur naturel), racistes et antisémites d’autre part. Les discours de Le Pen associent les deux types dans un mélange, hélas trop connu, où se combine la « race », le sang, le sexe et le « sol natal ». La recette de ce que W. Reich appelait la peste émotionnelle [2]. Cette peste n’avait pas disparu, elle menace au grand jour, et les tergiversations des campagnes de prévention du SIDA en sont un autre symptôme.

Les docteurs démocrates semblent bien n’avoir pas médité sur leur mauvais diagnostic d’il y a soixante ans. Par ailleurs, on ne change pas le cours de l’histoire en composant le numéro d’appel de police secours ; c’est donc à chacun — n’en déplaise à Pascal Bruckner — à « s’improviser grammairien, sémanticien » et encore : analyste, historien, philosophe et militant. Bref, homme libre.

Claude Guillon (écrivain)


[1Je me permets de renvoyer pour plus amples citations ainsi que pour l’ensemble des références au chapitre intitulé « Anecdotes démocratiques » dans mon livre : De la Révolution, 1989, éd. Alain Moreau.

[2On lira ou relira avec profit La Psychologie de masse du fascisme, Petite Bibliothèque Payot.


2002-2019 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco : 100 ans de presse anarchiste | Bettini: periodici anarchici | Cgécaf | Cartoliste | Placard