[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 1992 (n° 852 à 895) > .886 (29 oct.-4 nov. 1992) > [Projet de solidarité à l’occasion de la tournée indienne des 500 ans : liberté (...)]

Projet de solidarité à l’occasion de la tournée indienne des 500 ans : liberté pour les CPR

Le jeudi 29 octobre 1992.

Les délégués de la campagne « 500 ans de résistance indienne, noire et populaire » sont porteurs d’un projet de solidarité avec les Communautés populaires en résistance (CPR), au Guatemala. Elles sont issues d’un mouvement de défense collectif des Indiens de l’Ixcan et de la Sierra, au nord du pays, face au génocide qui s’est abattu sur eux à la fin des années 70. Ces Indiens, sans terre, étaient venus s’installer dans des lieux inhabités où ils avaient fondé des coopératives au début de cette décennie. Les officiers de l’armée, attirés par ces terres défrichées et productives, ont, sous prétexte de pour-suivre la guérilla, dévasté les villages, volé les terres et pourchassé sans relâche 23 000 Indiens sans armes réfugiés dans les montagnes, vivant dans le dénuement le plus total et encerclés par les lignes de l’armée et la frontière mexicaine. Pour le gouvernement, ces Indiens qu’ils pilonnent continuellement n’existent même pas. En 1992, les CPR veulent sortir de onze ans de clandestinité, malgré la répression et les bombardements qui les frappent encore. Civils, ils souhaitent se doter d’infra-structures, telles que local, journal, etc, dans la capitale et obtenir à la fois une reconnaissance nationale et internationale comme secteur de la société guatémaltèque à part entière, et la liberté d’expression. Ils pourront ainsi réclamer l’arrêt de la répression, le retour sur leurs terres et le droit d’y mener leur mode de vie autogestionnaire comme bon leur semble. Ce projet est d’un coût d’environ 300 000 francs. Il s’agira également d’envoyer sur place. dans l’Ixcan, des délégués pour exercer un soutien sur le terrain et instaurer une véritable solidarité. Toute personne ou association intéressée par ce projet peuvent prendre contact avec le groupe FA le plus proche ou le collectif Guatemala [1], coorganisateur de la tournée et instigateur du projet.

Bertrand Dekoninck


[1Collectif Guatemala, 17, rue de l’Arve, 75019 Paris.





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones