[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·e·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 1998 (n° 1105 à 1145) > 1127 (11-17 juin 1998) > [55e congrès de la Fédération anarchiste]

55e congrès de la Fédération anarchiste

Le jeudi 11 juin 1998.

Les 30, 31 mai et 1er juin dernier s’est tenu à Montpellier le 55ème congrès de la Fédération anarchiste. Ce fut l’occasion durant ces trois jours de faire le point sur une année riche en événements et luttes sociales. Au centre des débats se trouvaient la lutte des sans-papiers, la monté des idées fascisantes et un état des lieux du mouvement des chômeurs et de notre investissement dans celui-ci. À cet effet, le congrès reçut les salutations de plusieurs délégués de collectifs de chômeurs du sud de la France. En terme de perspectives, nous nous sommes surtout efforcés, dans un contexte de gauche au pouvoir, de réfléchir au renforcement d’un mouvement social autonome par rapport à toute représentation politique en favorisant essentiellement la pratique de l’action directe. Il fut aussi abordé l’importance de la redéfinition et de la popularisation du projet social libertaire. Enfin, la question de la promotion et de la défense de nos œuvres pris une place dominante dans ce congrès. Il ne faut pas oublier que Radio libertaire comme notre hebdomadaire Le Monde libertaire subissent des attaques sous la forme de procès.

Nous vous présentons donc ci-dessous la motion adoptée sur l’antifascisme ainsi que le communiqué de presse dénonçant les pratiques du maire socialiste de Noisy-le-Grand envers notre journal.



Ni fascisme ni post-fascisme

Le changement proposé par le Front national n’apporte pas une voie politique et sociétaire nouvelle mais vise à mettre en pratique de vieilles idées déjà éprouvées douloureusement, en particulier en France.

  • 10 Juillet 1940 : l’assemblée nationale vote les pleins pouvoirs à Pétain (y compris une majorité d’entre les socialistes). C’est le début de la « révolution nationale », puis « la voie de la collaboration » ;
  • avril 1998, les élus du centre et de droite pactisent avec le Front national lors des élections régionales.

Le FN a désormais enraciné son électorat et profite du jeu politicien pour s’ancrer dans les institutions. On peut s’attendre à ce qu’il s’affirme à nouveau à l’occasion des prochaines élections, les européennes, puisque le thème de l’Europe divise la droite comme la gauche.

Aucun parti politique ne peut passer pour un rempart crédible contre la progression du FN. Pas le PS qui est pour beaucoup dans sa médiatisation, se conduisant en pompier pyromane. La préférence nationale ne s’exprime pas seulement à Vitrolles mais aussi dans les lois Chevènement. Pas le PC dont les thèmes nationalistes et autoritaires ont permis le transfert de nombre de ses électeurs vers le parti qui se prétend faussement être aujourd’hui « premier parti ouvrier de France ». Pas non plus les politiciens de droite qui en sont venus à composer puis à pactiser plus ou moins secrètement avec les néo fascistes et n’ont pas rendu ceux-ci plus respectables mais se sont simplement révélés plus malhonnêtes que ne le croyaient les électeurs. Les partis de droite comme de gauche souhaitent en vérité maintenir l’ordre établi.

Lutter contre le FN ne suffit pas. Il faut surtout lutter contre ses idées, ses valeurs et ses pratiques. Celles-ci se diffusent à tous les niveaux de la société, par les discriminations de toutes ordres (chômeurs, immigrés femmes, homosexuels….) ; la banalisation de la xénophobie et de l’antisémitisme, l’exploitation de la délinquance et du chômage dans un discours terrorisant sur « l’insécurité », liant presque toujours délinquance et immigration. Tout parti politique a maintenant inscrit un chapitre « sécurité » dans son programme.

La fédération anarchiste entend donc s’inscrire non pas dans un « Front républicain » électoraliste mais dans un front des luttes. Les anarchistes appellent à investir toutes les luttes qui sont non seulement sociales mais visent à repousser toute expression de xénophobie, à déconstruire les slogans simplistes, à dénoncer le double langage qui vise à faire passer pour respectable un parti dont les fondements idéologiques sont parmi les pires que l’ont ait connus dans le monde et à déjouer ses tactiques opportunistes.

Fédération anarchiste


2002-2019 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco : 100 ans de presse anarchiste | Bettini: periodici anarchici | Cgécaf | Cartoliste | Placard