[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·e·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 1997 (n° 1065 à 1104) > 1076 (20-26 mars 1997) > [Préfecture rime avec censure]

Préfecture rime avec censure

Le jeudi 20 mars 1997.

Coup sur coup, la préfecture du Rhône a interdit, soit ouvertement, soit par des pressions, deux événements publics s’inscrivant dans une démarche contestataire. D’abord, la censure a visé le festival de rap "Offensive Rap", à Crépieux (juste à côté de Rillieux dans la proche banlieue lyonnaise). La première édition de ce festival, qui se tenait l’année dernière dans la salle des fêtes de Rillieux, s’était déroulée dans une excellente ambiance et avait rencontré un franc succès. Organisé par la Maison pour les jeunes, il était prévu pour le vendredi 21 février avec six groupes.

Quelques jours plus tôt, un article du Progrès affirmait que de graves problèmes s’étaient posés l’année précédente (vols de voitures aux alentours et rodéos…), ce dont les organisateurs n’avaient jamais entendu parler.

L’autorisation initiale fixait à cinq heures du matin l’heure de clôture du festival. La préfecture, ne voulant pas cette fois-ci prendre une mesure d’interdiction directe, a imposé que la salle ferme ses portes à une heure du matin et a également prévenu que les gendarmes devraient être présent ! Des mesures qui, bien entendu, rendaient le maintien du festival impossible. A cela s’ajoutèrent des menaces téléphoniques : de tristes individus annonçant que la salle serait brûlée si le concert avait lieu…

Ensuite, c’est une soirée publique organisée par le CIRC (Comité d’information sur la recherche sur le cannabis) qui s’est vu attiré les foudres de l’autorité étatique…

Cette soirée, prévue au Rail théâtre, a été annulée au dernier moment. La police a organisé une descente dans les règles de l’art, confisquant livres, revues, cassettes, CD, T-shirts, etc.

La présidente du CIRC a été mise en garde à vue et relâchée quelques heures plus tard. Elle est inculpée, tout comme le président du CIRC au niveau national, d’"inciter à la consommation de stupéfiants" ; cette accusation reposant sur le simple fait que des feuilles de cannabis sont représentées sur les T-shirt édités par l’association.

Nous avons encore franchi un grand pas vers la "démocratie blindée"…

Il va de soi que l’Union locale de la Fédération anarchiste de Lyon apporte son soutien au CIRC en butte à la répression policière et à un ordre moral qui, de jour en jour, se fait plus menaçant…


2002-2019 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco : 100 ans de presse anarchiste | Bettini: periodici anarchici | Cgécaf | Cartoliste | Placard