[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire

Le Pillage de l’Irak

Le jeudi 24 avril 2003.

La télévision nous montre des images de foules d’Irakiens pauvres qui pillent systématiquement les magasins et les bâtiments gouvernementaux à Bagdad. Les policiers du régime de Saddam se sont pour le moment discrètement retirés. Ils redoutent la vengeance justifiée de leurs voisines et voisins qu’ils ont brutalisés, fait chanter, violés, pillés et torturés impunément pendant de longues années. Dans ce chaos, les bourgeois de Bagdad se plaignent de bandes armées de pilleurs. Ces civils demandent aux Américains : « Où sont les troupes qui devraient nous protéger selon les lois de la guerre ? »

La réponse à cette question est simple : elles sont en train de piller dans le désert, où le commandement américain les a envoyées « sécuriser » les puits de pétrole. « Sécuriser » veut dire exproprier au nom de Bush, de BP et d’Exxon. Si les médias ont oublié que le pétrole est l’objectif principal de cet exercice militaire, Bush, Cheney et Rumsfeld ne l’ont pas oublié. Ainsi, la télévision nous offre le spectacle du pillage en détail commis par des petites gens de Bagdad, alors que le pillage en gros du patrimoine irakien par l’impérialisme anglo-américain se passe hors caméra.

Mieux encore, dans ce chaos, les Américains comptent faire d’une pierre deux coups. Ne croyez pas que les désordres de Bagdad n’ont pas été prévus. Bush et les stratèges de la Maison-Blanche comptent laisser mijoter tout ça jusqu’à ce que les Irakiens soient prêts à accepter n’importe quelle administration pourvu qu’elle leur offre le minimum de sécurité. Mais les « boys » américains sont-ils prêts à faire la police dans les ruelles de Bagdad ? L’armée américaine, malgré sa grande puissance de feu, n’est pas adaptée aux besognes de la « pacification. »

De plus, si les francs-tireurs (« terroristes ») irakiens descendent un nombre suffisant de jeunes soldats américains, le public américain va demander leur retraite immédiate, comme il l’a fait en Somalie, et Bush sera obligé de céder s’il veut être réélu.

Comment Bush va-t-il donc sécuriser sa conquête irakienne ? Élémentaire, mes chers Watson : il fera comme son père en 1991 ! Junior va se servir de l’appareil répressif de Saddam pour mater la révolution populaire et détourner les aspirations des chiites et des Kurdes. Mais, cette fois, ce sera après l’élimination de Saddam, de son entourage, des chefs du parti Baas et des tortionnaires les plus notoires de la police. Ce numéro classique s’appelle « la libération. »

Quand de Gaulle a libéré Paris en mai 1944, n’a-t-il pas tout de suite réhabilité la police de Vichy ? N’a-t-il pas offert la médaille de la Résistance à ces flics sous-ordres de la Gestapo pour avoir héroïquement assassiné quelques jeunes Allemands attardés dans la déroute ? N’a-t-il pas remis en place les juges et administrateurs, « déportateurs » de juifs et de résistants, comme Papon ? Normal. C’est avec la police vichyssoise que le capitalisme français s’est économisé une révolution populaire dans l’après-guerre et a préparé les répressions futures contre les communistes, les Algériens, les étudiants.

Pareillement, George W. Bush le libérateur de l’Irak compte réhabiliter l’appareil de répression de Saddam (« épuré » et « professionnalisé », bien sûr) afin de parer à la révolution sociale qui suit normalement la chute d’une dictature. Il lui faut cet appareil policier pour contrôler les masses pendant que les groupes américains pillent les ressources de ce riche pays. D’énormes contrats de la « reconstruction » ont déjà été répartis à Washington entre des groupes alliés de Bush comme Halliburton, alors que Chirac, Shroeder et Poutine se rongent le cœur à Moscou, et Blair rentre peinard.

Bush compte-t-il se tailler la part du lion. Mais pourra-t-il la digérer en paix ? Que lui arriverait-il si tous ces Irakiens pauvres mais bien armés se mettaient en tête de prendre leur « libération » au sérieux ? S’ils refusaient d’être administrés par un proconsul américain appuyé sur les tortionnaires de Saddam ? Si ces chiites et ces Kurdes armés réclamaient l’intégrité de leur patrimoine ? Si les petits expropriateurs décidaient d’exproprier les gros ? Si l’exemple de leur révolte menaçait les dictatures pro-américaines arabes en Égypte et en Arabie Saoudite ? Si face à des millions d’arabes en colère le lion américain n’était après tout qu’un tigre de plastique ? Si le public américain se retournait contre son président mal élu qui envoie leurs enfants mourir en Irak pour le pétrole, le pillage et les profits ?

Richard Greeman, internationaliste new-yorkais


Un millénaire de plus ?

« Nous, George W., empereur romain du Texas, chef des légions pétrolières ; Tony, vice-roi des Indes moyen-orientales, Premier ministre de Sa Majesté Standard Oil ; Ben l’Éden, assuré, télévangéliste ; Saddam, l’abonné aux gaz ; Ariel, la cinquième roue du tank ; malgré les conseils en sécurité et autres organes des Nations démunies,

Déclarons :
que nous n’avons rien à déclarer sauf la guerre ou la paix des cimetières, mais entre frontières perméables à l’écho des écus du dol art.

De l’une à l’autre de nos prédations, nous ne nous accordons que sur l’Empire du pire, notre commun dénominateur historique, immanquable fascinateur de toute la médiacratie, soutien vorace ou aveuglant, abattoir de toute idée et de tout rêve.

Ce n’est pas la première fois que notre pyrotechnie dénude jusqu’à l’os de misérables rebuts de civilisation sacrifiés sur notre chaîne d’autels. Pour nous approprier un millénaire de plus, laissons toute mémoire aux cadavres. »

Document piraté sur le disque dur de la Maison-Blanche par un hacker du groupe de Paris du mouvement surréaliste. http://ed.surrealistes.free.fr





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones