[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 2003 (n° 1301 à 1341) > 1322 (29 mai-4 juin 2003) > [Quand l’autruche éternue…]

Quand l’autruche éternue…

…c’est toute la jungle qui s’enrhume
Le jeudi 29 mai 2003.

Chaussons, sweet chaussons

« Vous avez devant vous un socialiste heureux. » (Strauss-Kahn)

Prononcée le soir de la clôture du congrès de Dijon, cette phrase laisse à penser que, débarrassé de la corvée, Strauss-Kahn était bien content de quitter ce patelin pourri où ça flotte tout le temps, de rejoindre les plateaux de téloche correctement chauffés et les buffets garnis de Paris. Cependant, selon certains, c’est pas ce qu’il aurait voulu dire. Ah bon !

C’est pourtant simple !

« Le problème de la durée du travail pose en fait deux questions : celle de la durée et celle du travail. » (Serge July)

Avec une telle profondeur, une subtilité toute poitevine dans l’analyse politique, m’est avis qu’une fois débarrassé de Fillon il nous faudra subir July, ministre des Affaires sociales.

Tendresse et préfecture

« Je n’ai aucune tendresse pour ces gens-là. Ils vivent à nos crochets, il vivent de rapines, il faut que ça s’arrête. » (Paul Girot de Langlade, préfet du Vaucluse, à propos des Tziganes)

Voleurs de poules, croqueurs d’enfants… Girot de Langlade n’est pas le nom d’un de ces préfets de la fin du XIXe siècle, habité d’une haine étrange à l’égard des « Romanichels ». Non, Girot de Langlade exerce ses talents de préfet, et sa haine, aujourd’hui.

Douste jamais content

« À nous de transformer les psychodrames d’hier en joyeux happenings démocratiques. » (Douste-Blazy, UMP)

Prend le temps de jeter un coup d’œil par ta fenêtre et tu t’apercevras, mon Douste, que la rue est en ce moment le lieu du joyeux happening que tu appelais de tes vœux. Tu le voyais pas comme ça ? Ben oui, mais on t’avait prévenu, Toulouse, c’est Toulouse. Fallait te faire élire à Cannes.

Hibernatus

« J’ai toujours ce désir d’édifier les masses. C’est mon vieux fond bolchévik. » (Romain Goupil)

Entré en hibernation le 6 juin 1968, Goupil s’est réveillé au début du printemps, juste à temps pour rejoindre le camp des pro-guerre. Les médias se sont alors souvenus qu’il n’était pas tout à fait mort. Maintenant que la guerre est terminée, Goupil voudrait bien continuer d’exister. « Édification des masses » ? Mouais… M’est avis que ça prendra pas, t’as dormi trop longtemps, coco.

Le fugitif

« Maintenant, je n’ai plus qu’à prendre des gardes du corps. » (Chérèque, patron de la CFDT, après qu’il eut signé l’accord sur les retraites)

T’inquiète pas, le MEDEF pense à tout. Aussi a-t-il prévu de prendre en charge les frais des opérations de chirurgie esthétique censées transformer sa gueule, ainsi que ceux afférents à la planque promise. Îles Caïmans ou Fidji ?

Frédo Ladrisse

(sources : France 3, Libération, le Monde diplomatique, le Parisien)





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones