[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 2003 (n° 1301 à 1341) > 1306 (6-12 févr. 2003) > [Un Réseau de recherches libertaires ?]

Un Réseau de recherches libertaires ?

Le jeudi 6 février 2003.

Pourquoi ?

Parce que la société a évolué et que beaucoup de nos idées ne semblent plus être adaptées au monde actuel et aux besoins de nos militances.

Parce que la crise de civilisation est si profonde et si étendue que la notion même d’humanité est en question.

Parce que la société capitaliste a récupéré une partie de notre arsenal critique.

Pour tenter de sortir de la position défensive dans laquelle nous sommes depuis si longtemps.

Parce que les échecs répétés et l’activisme sont usants, décourageants.

Parce que nous pouvons avoir à notre disposition beaucoup d’approches critiques.

Parce que nous sommes assez nombreuses et nombreux à travailler isolément sans concertation.

Parce que nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes.

Pour survivre.

Les buts ?

Développer des recherches sur les idées et les politiques libertaires.

Mettre à disposition des personnes qui le souhaitent les théories déjà existantes.

Tenter d’évaluer le matériel théorique déjà disponible.

Mutualiser nos moyens et les investissements. Coopérer pour développer la puissance libertaire.

Confronter, sans drames, les points de vue différents pour progresser hors des frontières mentales.

Aller, si on peut, vers des tranversalités, des complémentarités pour développer des convergences libertaires.

Construire des boîtes à outils pour les luttes, pour nos vies.

Mettre en œuvre des recherches et des actions libertaires.

Comment ?

Un réseau informel à côté des organisations libertaires et aussi avec elles. Celles-ci ont leur rôle à jouer et il ne s’agit pas de prendre leur place, mais de générer et d’encourager des potentiels de développements théoriques, ce qu’elles ont du mal à faire en ce moment pour diverses raisons.

Sans annonce grand public, mais sans secret non plus. Ce type d’investissement n’intéresse pas tout le monde. Le résultat ne sera pas immédiat, il faut du temps pour réaliser cela, cette temporalité à son rythme propre.

En créant des liens qui ne sont pas marqués par l’urgence, des liens qui peuvent durer, tout en étant assez distants. Des liens, qui ne sont pas complètements emmêlés dans l’affectif et l’existentiel ou prisonniers du narcissisme, ou du moins qui essaient de ne pas rester prisonniers de tout cela. La lecture et l’écrit demandent du calme et du temps.

En se donnant des thèmes de travail ou des orientations de recherches en fonction de nos possibilités et de nos désirs.

En créant une dynamique collective transversale qui stimule notre démarche.

En s’appuyant sur les contacts amicaux et militants.

En acceptant la multiplicité des approches.

En mettant en place des petits groupes de travail.

En respectant le rythme de chacun(e). Comme il ne s’agit pas de proposer une pensée officielle ou figée, il n’y a pas besoin de forcer quoi que ce soit.

En recueillant les résultats de nos actions, de nos tentatives autogérées, des luttes.

En essayant de comprendre sans obligatoirement juger (« La pensée froide » dirait Peter Sloterdijk).

En pensant à l’utilité sociale et politique de nos recherches.

En sachant que la lutte théorique est une forme de combat politique.

Des moyens ?

Nous avons à notre disposition un réseau mondial.

Une liste Internet, si on peut.

Un ou des sites de bibliothèques sur le Net pour mettre à disposition les travaux réalisés, les analyses nouvelles, des comptes-rendus de lecture, des textes qui ne trouvent pas leur place ailleurs.

Un ou des secrétariats légers pour faire circuler l’info.

Des nœuds de diffusion locaux pour les personnes intéressées, qui n’ont pas accès à Internet.

Penser à une publication semble prématuré. Il existe déjà des revues auxquelles on peut proposer nos articles, mais la cyber-édition est possible.

Envisager un Institut libertaire est peut-être à notre portée.

Les membres ?

Les personnes qui s’intéressent à la théorie libertaire, aux théories libertaires, celles-ci étant conçues comme des ensembles d’idées pour l’action, pour la vie.

Les personnes qui se posent des questions sur nos modèles.

Les personnes qui ressentent un manque d’idées appropriées dans notre situation.

Les personnes qui ont besoin de ce type de praxis pour avancer et vivre.

Les personnes organisées ou non qui ont le désir de faire cela.

Des thèmes ?

Sans être exhaustifs il semble difficile de passer à côté de certains points. La liste qui suit est indicative :

  • l’évolution de la domination ; Le cynisme postmoderne ;
  • la complexité et l’incertitude dans le monde contemporain ;
  • les modèles politiques révolutionnaires hérités du 19e siècle. Les acquis et les problèmes non résolus du 20e siècle ;
  • le développement de la science, ses orientations et les applications techniques (le génome et les clones, par exemple) ;
  • l’écologie et les risques qui pèsent sur l’humanité et la terre. La notion de développement ;
  • l’impérialisme et ses nouvelles formes de domination néo-coloniale ;
  • la liberté de circulation ;
  • le féminisme ;
  • le travail, les activités socialement utiles, la gratuité, le revenu universel ;
  • le néofascisme compatible avec la marchandise et le spectacle.
  • le néofascisme postmoderne en lien, notamment, avec le développement de l’individualisme et du relativisme ;
  • l’apartheid social et les développements séparés ;
  • la pluralité des mondes ;
  • la servitude sans contrainte ;
  • la subjectivité libertaire ;
  • le désir de politique ;
  • l’existentiel dans la politique libertaire ;
  • les apports des sciences humaines ;
  • l’articulation entre la sphère subjective et la sphère collective ;
  • les alternatives, les conditions de possibilité, les difficultés, les limites, le bilan des diverses tentatives, le besoin de lieux de vie ;
  • la dispersion des modes de vie libertaires, la circulation entre les différentes collectivités ;
  • l’autogestion, l’auto-organisation en acte, ses énoncés, ses ratées, son retour perpétuel et sa réinvention toujours recommencée.

À terme une rencontre, des rencontres ?

Philippe Coutant, Nantes le 15 janvier 2003
philippe.coutant1@free.fr





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones