[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 1998 (n° 1105 à 1145) > 1118 (9-15 avr. 1998) > [Quand lutte rime avec autogestion]

Montpellier

Quand lutte rime avec autogestion

Le jeudi 9 avril 1998.

Depuis le 13 mars, le mouvement des chômeurs, collectif autonome de chômeurs et précaires, a réquisitionné avec l’appui de l’association MASSE (Mouvement d’action et solidarité des sans-emplois) plusieurs appartements au 23, rue Farges à Montpellier.

Quatre familles y sont logées. Plusieurs personnes du collectif assistèrent à l’interview.



ML : Pourquoi réquisitionner ces logements ?

Michel : Le parc immobilier public et privé de Montpellier et sa région comprend plus de 10 000 logements vides. Cela au profit des grands propriétaires qui par le jeu de la spéculation voient le prix des loyers augmenter. Parallèlement à cela, les sans-abri, les personnes menacées d’expulsion par surendettement se compte par milliers. Dès lors, nous avons décidé de mettre en pratique la loi de réquisition des logements vides que le préfet devrait faire appliquer. Cette réquisition est aussi une réponse pragmatique aux expulsions qui ont cours avec la fin de la « trêve » hivernale.

ML : Fédérer des luttes, est-ce quelque chose qui vous préoccupe ? Entre chômeurs, avec les salariés ou les sans-papiers comme cela s’est passé à Lille et ailleurs.

Michel : Il est aujourd’hui nécessaire de se battre, de se lever. L’exclusion, la précarité repose le problème de modèle sociétaire en général, où on ne nous laisse que les miettes. Nous essayons donc de participer à toute action réunissant des gens qui luttent pour une société plus juste, plus humaine, dans la mesure de nos moyens. Par exemple hier nous étions avec les contrats de qualification de France Télécom menacés d’être virés. Samedi dernier, nous étions à la manifestation contre le FN, ce qui va à mon sens vers un soutien aux sans-papiers.

Marco : Hier, on était avec vous (la FA) dans une interorga pour organiser une manif de soutien aux sans-papiers.

Michel : Par rapport au mouvement des chômeurs, on garde les revendications nationales (hausse des minima sociaux lutte contre l’AUD, les 32 heures…). On fait une démarche de coordination avec le Gard où l’on essaie de mener une action commune tous les quinze jours. C’est un premier pas vers une coordination Languedoc-Roussillon. Enfin, les ponts entre syndicats et chômeurs sont nécessaires pour peser et aller vers une société plus juste. Société qui n’est pas plus juste avec la gauche au pouvoir.

Marco : Il y a une sacré répression même avec la gauche.

Michel : Les sans-papiers le montrent : Pasqua-Chevènement même combat.

ML : Pourquoi avoir formé un collectif autonome ?

Michel : La nécessité se faisait sentir pour des gens qui ont participé à la contestation des chômeurs avec la Maison des chômeurs et AC !, de constituer un collectif indépendant. Nous gardons des relations avec eux, mais nous voulions pouvoir décider d’actions de façon collective et souveraine. Ici les décisions sont collectives ainsi que les grandes orientations.

Marco : Nous voulions faire des actions plus radicales. Pas occuper un lieu une ou deux heures, être reçu par un ponte et repartir. Mardi par exemple, nous avons réussi à récupérer les meubles d’une personne expulsée grâce à l’occupation d’un bureau de l’huissier.

Michel : Nous voulions travailler sur le relogement ce qui n’est pas la priorité de la Maison des chômeurs.

Christian : Cette lutte est importante car elle s’inscrit dans la durée et nécessite une grande implication personnelle. C’est une aventure humaine où des liens se tissent, où les gens changent. On peut voir la réelle motivation des gens, les révolutionnaires de salon et ceux qui sont « militants ». Je suis d’ailleurs chargé par le collectif de tenir un journal qui laissera une trace écrite de notre aventure.

ML : Et maintenant, quelles sont les perspectives ?

Michel : À court terme, on occupera jusqu’à ce que les sept dossiers qu’on suit soient relogés. À moyen terme, on essaiera avec les gens concernés de reloger toutes les familles qui nécessitent un logement. Nous voulons faire aussi des actions dénonçant les associations caritatives qui laissent des gens dans l’assistanat et qui gèrent de façon scandaleuse l’argent public. Elles ont moins de mal à en avoir que nous pour les fonds sociaux. À cela, il faut rajouter la lutte plus globale et les revendications nationales des chômeurs que nous soutenons. Nous voulons être une force d’action et donc de proposition.

Propos recueillis par Gilles
groupe Un autre futur (Montpellier)


2002-2019 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco : 100 ans de presse anarchiste | Bettini: periodici anarchici | Cgécaf | Cartoliste | Placard