[Archives du Monde libertaire] • ArchivesArticles du Monde libertaire en ligneIndexationSommairesAuteur·trice·sAdministrationSite du Monde libertaire
Accueil > Archives > 1998 (n° 1105 à 1145) > 1130 (3-9 sept. 1998) > [Témoignage d’un détenu]

Témoignage d’un détenu

Le jeudi 3 septembre 1998.

Abdelkader, correspondant « intra-muros » de l’émission « Ras les murs », et Nicole — animatrice de la même émission — vont repasser devant la 8e chambre du TGI de Versailles, le mercredi 9 septembre, à 14 h. Ils sont accusés de diffamation envers un ancien surveillant de la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy. Abdelkader avait écrit une lettre dénonçant le fonctionnement de l’atelier parfums de la prison et Nicole l’avait lue à l’antenne, en donnant le nom du surveillant. Il est particulièrement intéressant de lire le témoignage de Patrick Leclecq, nous fournissant des précisions tout aussi édifiantes sur les conditions d’exploitation des détenus de la maison d’arrêt de la Santé. Il serait grand temps qu’une enquête systématique soit menée sur le monde du travail… du chômage de la pénitentiaire. L’ouvrage d’Anne-Marie Marchetti sur la misère en prison a frappé un premier coup. Nous attendons le second.

La vérité doit un jour sortir sur le tiers monde carcéral.

Ras les murs



À l’occasion du cent-cinquantenaire de l’abolition de l’esclavage, le Sénat a édité une plaquette, accompagnée d’un petit matériel didactique, dont l’envoi est prévu aux mairies, écoles, lycées, etc., afin d’y porter la parole de la République. Ce qui témoigne d’un souci louable d’éducation civique. Mais… qui sait que l’assemblage, ou la mise sous pli, ou tout autre manipulation que nécessite l’envoi de ces brochures, est réalisé par des détenus ? Qui sait que ces détenus travaillent dans des conditions inadmissibles, payés à la pièce, quelques centimes, si peu qu’il leur faut largement dépasser les 35 heures hebdomadaires de travail pour gagner quelques centaines de francs ? Qui sait ce que sont les infractions quotidiennes au Code du travail, en matière de sécurité, de santé, de protection du travailleur, dans les prisons françaises ?

Bien sûr, lors des visites organisées, on ne montre pas à l’édile, au journaliste, au magistrat stagiaire, ces cellules encombrées de cartons, ces couloirs où s’entassent sur des palettes la production de ces esclaves contemporains.

À l’heure où l’on s’inquiète « des conditions insupportables supportées par les travailleurs clandestins » et « du sort pitoyable des sous-traitants de grandes marques dans les pays du tiers-monde », à quand une enquête sur le travail carcéral ?

Philippe Leclerq, détenu à La Santé sous le numéro d’écrou 265 369 V, Cellule 1/143





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones